OGIC #

Plus qu’un nouveau siège social, l’expression d’un collectif

Concevoir un nouveau siège revêt un sens tout particulier pour un promoteur. Pour nous, c’est une opportunité d’exemplarité : appliquer à notre lieu de travail les valeurs et les engagements qui gouvernent tous nos projets. Mais comment concevoir un espace à l’image d’OGIC ? Notre réponse : réhabiliter, réemployer et penser ce nouveau siège en collectif. Son nom ? La Fabrique.

“C’est un projet vivant et fédérateur, fidèle à nos convictions et à nos savoir-faire annonce Virginia Bernoux, Présidente du Directoire d’OGIC, à propos de la Fabrique, notre nouveau siège qui regroupera désormais l’ensemble des équipes franciliennes à Issy-les-Moulineaux. 

La Fabrique incarne notre volonté de porter collectivement les valeurs de notre entreprise. Un projet à l’image d’OGIC, qui opte pour la réhabilitation d’un immeuble de bureaux situé dans le parc tertiaire Technopolis, le réemploi de matériaux et d’équipements (de son ancien siège notamment) et fait la part belle au bien-être au travail et à l’éco-responsabilité au quotidien : C’est un projet qui nous ressemble, et qui nous rassemble : la mobilisation a été très forte de la part des collaborateurs pour créer un lieu dont nous soyons fiers. Un lieu qui incarne notre engagement collectif !”.

En plus d’être notre siège social, la Fabrique abritera le premier showroom OGIC d’Île-de-France, un vrai point de rencontre entre nos clients, présents et futurs, et nous. 

Un lieu qui nous ressemble : la rencontre d’un patrimoine et d’une identité

Pour notre nouveau siège, nous cherchions un patrimoine à valoriser : Lorsque l’opportunité s’est présentée à Issy-les-Moulineaux, nous n’avons pas hésité” explique Virginia Bernoux. Situé rue Jean-Jacques Rousseau, cet immeuble de 3400 m2 de bureaux répartis sur 6 étages était auparavant occupé par IFREMER, un établissement public qui travaille à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes.

“J’ai souhaité un lieu qui nous ressemble : chaleureux, fidèle à nos valeurs et à nos engagements”

Virginia Bernoux, Présidente du Directoire

Comment réhabiliter cet immeuble de caractère et y poser notre empreinte ? “La seule empreinte qu’OGIC souhaite laisser, c’est celle d’une entreprise engagée dans une démarche vertueuse explique Juliette Dupuy, l’architecte d’intérieur choisie pour la Fabrique. C’est la raison pour laquelle le réemploi a été favorisé à chaque étape de la conception, afin de réduire la consommation de ressources dans une dynamique d’économie circulaire : Le mobilier de bureau et tout ce qui a pu être réemployé l’a été ! Et quand les achats ont été nécessaires, c’est auprès de ressourcerie, de gisements de matériaux ou d’entreprises responsables et innovantes que nous nous sommes approvisionnés”.  

Les bureaux eux-mêmes sont aménagés avec les chaises, bureaux, cloisons et modules de rangements présents sur les anciens sites de Boulogne, un petit geste qui, multiplié par le nombre de collaborateurs, prend de l’ampleur et beaucoup de sens : la réutilisation d’une chaise et d’un bureau permet d’économiser 128 kg de CO2. Au final, les chiffres parlent d’eux-même : 523 chaises, fauteuils ou canapés réemployés, 566 tables et 286 armoires !

Pour aller plus loin dans l’économie des matériaux, la Fabrique s’inscrit dans une dynamique d’éco-conception : à titre d’exemples, l’absence volontaire de faux-plafond a été pensée pour limiter l’usage des ressources et maximiser l’espace, tandis qu’à chaque étage les moquettes posées sont des dalles repositionnables et réutilisables. Dans les cafétérias, des crédences ressemblant à s’y méprendre à des mosaïques terrazzo sont fabriquées en France à partir de bouchons de bouteille de couleurs, des étagères en chêne sont issues d’un surplus de tablettes réalisées pour La Sorbonne, tandis que d’autres chaises et tables ont été chinées. Au total, plus de 131 meubles sont éco-conçus dans la Fabrique ! 

Des surprises comme ces meubles chinés, la Fabrique en recèle par dizaine : tous nos collaborateurs intègrent ainsi un lieu nouveau mais déjà chargé d’histoire et de souvenirs se réjouit Juliette Dupuy. 

Distiller l’identité d’OGIC au sein d’un lieu existant

“La première grande ligne était d’introduire cette identité dans l’ensemble des bureaux. Chacun d’entre eux doit refléter sa raison d’être à tous les niveaux !” explique Juliette Dupuy. À travers nos échanges, nous avons choisi de créer un espace qui interroge le lien à la nature, et offre une porosité avec l’extérieur : un lieu végétalisé où le concept d’empreinte est présent partout, l’empreinte d’OGIC sur la vie des gens, une marque ancrée dans la ville”.

Les locaux sont ainsi repensés pour accueillir cette identité dans l’ensemble des bureaux, tant sur les murs que dans la signalétique ou la forme du mobilier. Dans une logique d’éco-conception ici aussi, le carrelage d’origine du hall d’accueil est conservé et va faire l’objet d’un travail par l’artiste InkOj, alias Nicolas Soulabail, plasticien et architecte connu pour sa pratique du KERBART, qui consiste à embellir et animer les trottoirs de faire redécouvrir les trésors architecturaux et artisanaux cachés des ville. Ici, l’artiste va tirer parti des défauts et des marques du temps de ce carrelage pour imaginer un parcours graphique en mosaïque en jouant sur l’empreinte d’OGIC. 

Une vraie rencontre entre notre identité et un patrimoine !

“Si je devais qualifier la Fabrique en 3 mots, je choisirais partage, efficacité et responsabilité”

Juliette Dupuy, Architecte d’intérieur, Studio Formule

Pour parfaire cet espace à notre image, le végétal sera présent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur où fleurs, arbustes et herbes aromatiques courent çà et là et investissent les terrasses et les balcons. Toutes les plantes de notre précédent site ont, bien sûr, déménagé avec nous : 194 plantes d’intérieurs sont réemployées sur La Fabrique ! Avec ses motifs végétaux et ses couleurs, la décoration d’intérieur viendra renforcer cette omniprésence de la nature.

Un lieu qui nous rassemble : concevoir ensemble un espace de bien-être et de créativité

Un bon projet est celui qui répond aux besoins et aux aspirations de celles et ceux qui l’utilisent au quotidien ou vivent à proximité : acteurs de la ville, riverains ou habitants. Pour cette raison, co-création et concertation sont au cœur de notre démarche : la Fabrique, c’est avant tout un lien entre nous !

Pour concevoir notre nouveau siège, nous avons mis en pratique cet engagement, comme l’explique Virginia Bernoux :

“Nous avons initié de nouvelles méthodes de travail et de collaboration afin que les idées, les avis des collaborateurs puissent nourrir la conception de ce lieu chaleureux, fidèle à nos valeurs et nos engagements. Parce que nous sommes une entreprise à taille humaine, la Fabrique est à l’image de chacun des collaborateurs du Groupe”

Un grand hackathon a été organisé avec des collaborateurs venus de toute la France pour imaginer ensemble ce nouveau siège, inventer des moyens d’améliorer notre éco-responsabilité et comprendre les besoins de chacun. Par exemple, les collaborateurs venus de Marseille, Lyon ou de Nice ont suggéré de créer un espace avec 12 postes de travail en libre accès pour les collaborateurs de passage à la Fabrique. Ensuite, des collaborateurs se sont portés candidats pour être ambassadeurs sur les aspects clés du projet et suivre les progrès sur le long terme afin de s’assurer que l’ambition est bien respectée. De manière générale, tout le projet a fait l’objet d’une communication régulière et active : sondages, information intranet, préparation d’outils d’accueil. 

Une nécessité pour que tout le monde soit partie prenante de ce moment important : Je crois profondément en la force du collectif : la Fabrique en est le symbole ! conclut Virginia Bernoux.

Un lieu conçu pour favoriser l’éco-responsabilité au quotidien

Co-concevoir les espaces, encourager les écogestes, mettre en place des systèmes de réduction des consommations… Sur chacun de nos projets, nous veillons à encourager nos habitants à être acteurs d’une ville plus durable. Il en va de même dans notre quotidien, où nous avons engagé de nombreuses actions de réduction de notre empreinte écologique. Avec la Fabrique, nous souhaitons aller plus loin : pour encourager l’usage des mobilités partagées comme nous le faisons sur certains de nos projets, nous mettons à disposition de nos collaborateurs des automobiles électriques en autopartage ainsi que plusieurs vélos électriques avec leur borne de recharge, réservables via des applications dédiées. 

L’alimentation responsable est un sujet essentiel dans la transition durable – raison pour laquelle nous avons choisi de confier notre cantine d’entreprise à Foodles, qui s’installera dès l’ouverture dans les cafétérias de La Fabrique : cantine responsable, Foodles s’engage sur des objectifs importants pour nous, comme 100% pêche durable, fruits et légumes de saison, circuits courts privilégiés, sans ajout d’additifs ni de conservateurs, redistribution des invendus, avec même une bonne affaire le vendredi : pour limiter le gaspillage alimentaire, les plats non consommés seront proposés à moitié prix. Et bien sûr, tous les contenants Foodles sont consignés.

Pour lutter contre la surconsommation de lumière d’éclairage intérieur dans les bureaux, nous mettons en place un système automatique qui ne prendra pas seulement en compte la présence d’un collaborateur, mais aussi le niveau d’éclairage naturel. Inutile d’éclairer si la lumière extérieure suffit ! 

Bien-être et créativité : un lieu pour “fabriquer” une ville plus durable

Est-ce que les lieux ont un impact sur l’état émotionnel des gens ? Pour nous, c’est une évidence : “La Fabrique est l’expression de nos convictions sur le bureau idéal : des services innovants et des espaces de travail favorisant les échanges et la transversalité” explique Emmanuel Dargier, Directeur Général Immobilier d’Entreprise.  Chez OGIC construire, c’est toujours penser à l’usage et au vécu de celles et ceux qui vivent dans ces espaces. Avec Juliette Dupuy, architecte d’intérieur, nous avons conçu toutes les pièces de La Fabrique pour être des vecteurs de bien-être, de créativité, de concentration ou de repos : 

Par exemple, toutes les salles de réunion ont été traitées avec des ambiances et des tonalités différentes pour accompagner différents types de réunions, comme la salle dédiée à la créativité qui offre un usage différent, pas juste une table avec des chaises mais une estrade qui se décompose en plusieurs modules dispersés qui permettront de s’adapter de manière créative”. 

Dans le prolongement de cette idée, nous avons pensé les bureaux pour accompagner les différents moments de la journée et les modalités de travail de chacun : qu’il s’agisse de travailler ensemble, de s’isoler pour se concentrer, de trouver rapidement un espace pour une réunion informelle ou de passer des appels, la Fabrique s’adapte à tous les besoins : phonebox, bulles de travail, espace de détente, salle Zen pour se reposer, etc.

La Fabrique est l’expression de nos convictions sur le bureau idéal : des services innovants et des espaces de travail favorisant les échanges et la transversalité”

Emmanuel Dargier, Directeur Général Immobilier d’Entreprise

Comme nous l’avons fait sur d’autres projets comme Factory, la circulation au sein de La Fabrique a été imaginée pour relier les lieux – mais aussi les personnes : faire circuler l’énergie dans tout le bâtiment et favoriser les rencontres imprévues, comme l’explique Jérôme Roussel, Directeur Général : Lieu de vie, lieu de travail, lieu d’échanges et de challenges : la Fabrique, c’est nous !”

Pour favoriser le bien-être et la santé, nous avons intégré une approche par le nudge des escaliers de la Fabrique : monter les 119 marches de la Fabrique au quotidien brûlerait plus de calorie qu’un jogging et réduirait de moitié les risques d’arrêts cardiaque, il faut donc l’encourager ! Pour inciter les collaborateurs, nous avons créé un quizz grandeur nature qui, au fil des marches, les interroge sur 4 thématiques (urbanisme, architecture, RSE, OGIC) de manière ludique. Un des nombreux exemples de nudges que nous déployons sur nos projets ! 

Pour terminer, comme sur tous nos projets, nous sommes convaincus que l’accès à des espaces extérieurs végétalisés est une nécessité pour le bien-être pour tous : les collaborateurs auront accès à plusieurs espaces, la cour du rez-de-chaussée,  le balcon filant du cinquième et la terrasse du sixième étage ainsi qu’un rooftop, toujours dans un esprit convivial mais laissant aussi la possibilité de travailler à l’air libre ! Cela étant, le bon air circulera aussi à l’intérieur puisque la Fabrique est équipée de 3 filtres à air (M5, puis F7 puis F9) qui offrent une qualité d’air supérieur à la réglementation en vigueur, d’autant que l’immense majorité des fenêtres du bâtiment s’ouvrent, une manière d’effacer un maximum les frontières entre ces espaces extérieurs et l’intérieur.

Pour Virginia Bernoux, ce lieu est un tremplin pour nous tous : “Une manière de vivre nos valeurs et nos idées au quotidien. Un lieu pour concevoir la ville dont nous rêvons – et la fabriquer !”