OGIC

#

Green Sheds

Hybrider les quartiers, réinventer la ville

Villes dortoirs d’un côté, quartiers exclusivement tertiaires de l’autre, espaces dédiés à la consommation ou zones spécifiquement réservées à la mobilité et au transit : il est désormais impossible d’imaginer l’essor des villes en suivant ces typologies unifonctionnelles. Cette planification héritée de l’espace urbain est aujourd’hui remise en cause au profit d’une hybridation fertile entre lieux de vie, de travail, de commerce, de loisirs, de flânerie, etc. Cette ambition est celle que nous portons au travers du projet Green Sheds, situé au cœur du quartier Méhul à Pantin : un nouveau programme d’aménagement mixte où la vie des urbains, dans ses multiples facettes, a été pensée à l’échelle de l’îlot.

0

logements sociaux

0

logements en accession

0

places en crèche

0

commerces

Située dans le département de la Seine-Saint-Denis, la ville de Pantin qui compte 55 000 habitants, poursuit ces dernières années une dynamique de développement urbain à grande vitesse. Riche de son passé ouvrier et d’une mixité sociale dans laquelle le vivre ensemble et la qualité de l’espace public prennent tout son sens, Pantin attire aujourd’hui de nouvelles familles et de nouvelles entreprises.

Hermès, Chanel, les Laboratoires Boiron, l’agence de communication BETC, le Centre national de la danse : le potentiel d’attractivité économique et culturel du territoire ne cesse de se développer. Un dynamisme qui s’explique en partie par sa proximité avec Paris et un accès aux transports en commun facilité avec les lignes de métro 5 et 7, le RER E et le tramway 3bis mais aussi par l’aménagement récent des berges du canal de l’Ourcq, d’une longue piste cyclable et bientôt d’un nouvel Ecoquartier.

C’est dans ce contexte de renouvellement du territoire que vient s’inscrire notre programme Green Sheds : un nouvel espace de vie conciliant attractivité, solidarité et mixité fonctionnelle au cœur du quartier Méhul, célèbre pour avoir accueilli en 1859 l’ancienne filature Cartier Bresson. Logements, bureaux, commerces, crèche, salle polyvalente, etc. : Green Sheds réussit le tour de force d’intégrer harmonieusement dans un même ensemble des fonctions diverses et accompagne, à son échelle, le renouveau d’une ville en pleine mutation. 

Vers une mixité intelligente

« Dès le départ avec le programme Green Sheds, notre ambition était de reproduire cette mixité propre à Pantin et que puissent y cohabiter aussi bien les résidents, les salariés d’entreprise, les artisans, les commerçants que les artistes », raconte Lucas Narboni, responsable du développement chez OGIC. Un pari réussi puisque Green Sheds accueillera des logements conventionnés et en accession, une crèche départementale de 55 berceaux, le siège social et l’entrepôt de logistique de la maison de prêt-à-porter Majestic Filatures, ainsi que des commerces, notamment dédiés à la restauration et au bien-manger.

Si la mixité programmatique semble évidente à l’échelle du quartier, celle-ci pose néanmoins certaines contraintes, en lien avec la sécurité ou le bruit, lorsqu’on les ramène à l’échelle de l’îlot. Pour en faire une réalité désirable dans le quotidien de chacun, c’est dès la conception du projet que les équipes OGIC et l’agence d’architecture Hardel Le Bihan Architectes ont réfléchi à la façon de gérer intelligemment les différentes fonctions et les usages qui composent le programme. Les logements ont, par exemple, été placés volontairement à l’opposé des accès de livraison de l’entrepôt Majestic Filatures afin de réduire au maximum les nuisances sonores que pourraient entraîner les allées et venues de camions de marchandises. La sécurité a été renforcée au niveau des entrées de bureaux et l’accès au parking a lui été scindé en deux, avec d’un côté un espace réservé aux employés de bureaux et de l’autre un espace dédié aux résidents.

Pour faire cohabiter harmonieusement ces différents usages, de nombreux espaces communs partagés ont également été créés. Terrasse, jardin potager, salle polyvalente, FabLab de création textile, conciergerie, local de réparation de vélo, local de compostage, de tri sélectif et de recyclage : ces espaces intermédiaires ne sont pas réduits à leur simple fonctionnalité ; ils deviennent de véritables lieux de vie et de rencontres, facteur d’inclusion et de lien social.

En cœur d’îlot, un grand jardin imaginé en collaboration avec l’agence de paysage Atelier Altern vient prolonger les bâtiments et leurs espaces extérieurs et offre des possibilités d’échanges et de sensibilisation à l’écologie. « Pour les enfants, des ateliers et formations pédagogiques autour des plantes et de l’environnement seront organisés de manière régulière » explique Lucas Narboni. « Nous avons également mis en place un partenariat avec des associations locales, je pense notamment à l’APES qui nous a mis en relation avec le couturier Jean-Luc François afin de proposer des cours de couture et de modélisme dans la salle commune du programme ». Une façon de perpétuer, auprès des nouveaux Pantinois, un héritage industriel qui fait partie de l’identité même de la ville.

Un pont entre héritage et renouveau

Si la ville de Pantin est un territoire mixte, qui se construit et se reconstruit, elle a aussi pour ambition d’affirmer son identité et de réinventer son patrimoine. Une ambition que nous partageons chez OGIC et qui a été motrice dans la conception architecturale du programme Green Sheds. Une partie de la toiture sous « sheds »  – en forme de dents de scie typique des industries du XIXe siècle – a ainsi été conservée et remise à neuf. « Nous sommes même allés plus loin dans la valorisation du patrimoine puisque nous avons souhaité reproduire cette toiture sous sheds pour la crèche, qui fait partie des bâtiments neufs du programme », renchérit Lucas Narboni.

Une démarche qui se décline également sur les aspects environnementaux du projet : Green Sheds s’inscrit en effet dans une logique de production exemplaire et participe à accompagner la ville vers une transition écologique durable. Une approche mise en œuvre dès le choix des modes de construction et des matériaux : en effet, en plus de mixer le neuf à la réhabilitation, c’est aussi la crèche qui est réalisée entièrement en bois, tandis que les façades en brique intégrent des matériaux de récupération.

Chaufferie biomasse et solidarité énergétique, récupération de la chaleur, utilisation de matériaux bas-carbone (planchers bois, structure de la crèche en bois et isolant métisse) : l’un des grands enjeux est aussi de concrétiser très prochainement ces intentions par l’obtention de labels, parmi lesquels BDF, E+C niveau E3 C1, BEPOS Effinergie 2017, bâtiment Biosourcé niveau 3, BiodiverCity® et OSMOZ.