OGIC

#

Écrin Lumière : une résidence bien dans son quartier et dans son époque

C’est dans une rue calme et protégée du quartier Monplaisir Lumière à Lyon que le projet Écrin Lumière verra le jour d’ici fin 2019. Une résidence à taille humaine, composée de 23 appartements, qui vient parfaitement s’intégrer à ce « quartier-village » du 8e arrondissement de Lyon. L’architecture du bâtiment et des espaces intérieurs, les aménagements paysagers et fonctionnels : dans cette nouvelle réalisation, nous avons placé la sobriété esthétique et énergétique au premier plan.

Autrefois identifié comme l’ancien fief des frères Lumière, un quartier à vocation industrielle, Monplaisir Lumière est aujourd’hui apprécié des Lyonnais pour sa douceur de vivre, à mi-chemin entre l’ambiance de la ville et la sérénité de la campagne. Des atouts qui séduisent de plus en plus de familles en quête de bien-être, d’espace et de verdure, sans pour autant s’éloigner de l’animation du centre-ville.

Avec ses 23 appartements flexibles, ses nombreuses ouvertures sur l’extérieur, ses jardins paysagers et ses aménagements « nudge », Écrin Lumière est un projet qui s’inscrit dans une démarche frugale, en cohérence avec les valeurs que nous défendons chez OGIC : des réalisations confortables et agréables à vivre, qui favorisent les économies de ressources.

Quelques éléments clés :

Écrin Lumière : un immeuble intégré à son environnement

Monplaisir Lumière est aujourd’hui un quartier dynamique et résidentiel de Lyon. Un quartier à l’habitat disparate et discret, qui s’apparente, pour ses habitants, à un « cocon » à l’écart de l’agitation du centre-ville de Lyon. Un espace de sérénité qui n’est pas pour autant isolé de l’animation lyonnaise, à laquelle les résidents peuvent facilement accéder grâce à un réseau de transport multimodal (bus, métro, station Vélo’V, etc.).

Une sobriété choisie que l’on retrouve dans la conception architecturale du programme Écrin Lumière et ses 23 appartements répartis sur six étages. Du blanc, quelques touches couleur chocolat et du verre : priorité est donnée à la lumière. Chaque appartement dispose d’une hauteur sous plafond de plus de 2m60 et d’un accès vers l’extérieur, qu’il s’agisse de terrasses, de balcons et ou de petits jardins privatifs, au rez-de-chaussée.

En proposant des studios aussi bien que des 5 pièces en duplex, la résidence Écrin Lumière s’adapte à tous – jeunes actifs, familles, personnes âgées et en situation de handicap – et ce, tout au long de leur vie. Tous les T4 de la résidence disposent ainsi d’une « pièce tampon », qui offre la possibilité aux habitants d’agrandir leur pièce de vie ou de créer une chambre supplémentaire lorsqu’ils le souhaitent. Au fil de la commercialisation du programme, les prestations initiales ont même été modifiées pour s’adapter aux demandes des habitants : les portes d’entrées de l’immeuble ont été motorisées pour faciliter l’accès à tous.

Quand bien-être rime avec développement durable

Du choix des matériaux à l’aménagement des espaces intérieurs : les appartements d’Écrin Lumière ont été conçus pour limiter la consommation énergie, tout en veillant au confort de ses habitants. De grands volumes, des baies vitrées en bois et aluminium, des brise-soleils orientables électriques viennent ainsi garantir tout au long de l’année la maîtrise des apports solaires.

Une attention particulière a été portée à la conception des espaces communs, qui viennent s’inscrire dans la démarche « nudge ». Les équipes d’OGIC ont collaboré avec l’architecte d’intérieur Laure Boivin Lester afin d’encourager les résidents à adopter un comportement écoresponsable : incitation à se passer de l’ascenseur pour lui préférer un escalier que des portes vitrées rendent bien visible et lumineux ; mise à disposition d’un grand local à vélo pour favoriser les modes de transports doux ; affichage d’une signalétique explicite pour faciliter le tri sélectif, etc.

Ginkgo Biloba, vigne palissée, plantes utiles : Écrin Lumière n’a pas oublié la nécessité de faire la place à la biodiversité, avec ses espaces dédiés qui constituent pour les habitants une vraie « bulle d’oxygène » en ville.