OGIC

#

Comment appliquer le nudge en immobilier ?

Pour créer des habitats plus accueillants et écoresponsables, les architectes et les promoteurs n’hésitent pas à s’inspirer des principes du nudge, une théorie issue des sciences comportementales. L'idée : concevoir les habitats de façon à encourager certaines initiatives, par exemple, inciter les gens à trier leurs déchets ou à baisser leurs consommations d’énergies. Décryptage de ce système.

Que veut dire « nudge » ?

Les recherches des experts des sciences comportementales ont distingué deux modes de fonctionnement pour le cerveau humain : l’un rationnel et l’autre émotionnel. Ce dernier est le plus utilisé.

La théorie du nudge, ou « coup de pouce » en français, part de ce constat pour déterminer les facteurs jouant sur le mode émotionnel et modifier de façon bénéfique le comportement des personnes. Elle a été popularisée par le prix Nobel d’économie Richard Thaler et le juriste Cass Sunstein dans leur livre « Nudge : Améliorer les décisions concernant la santé, la richesse et le bonheur » (2008).

Pour y arriver, des mesures simples et peu coûteuses sont mises en place. Celles-ci incitent les personnes à adopter le comportement souhaité et à corriger progressivement leurs habitudes. Mis bout à bout, ces changements individuels permettent d’obtenir un impact positif à grande échelle.

Cette théorie est utilisée dans le cadre de politiques publiques, qu’il s’agisse de favoriser la sécurité routière ou de fluidifier la circulation des voyageurs dans les transports en commun, etc. Par exemple, pour réduire le nombre d’accidents de la route sur un axe dangereux près de Chicago, des bandes blanches ont été peintes au sol. Leur espace a été réduit au fur et à mesure du chemin pour donner une impression de vitesse et faire réduire la vitesse des automobilistes. Le résultat ? Le nombre d’accidents a baissé de 36%.

A quoi sert le nudge en immobilier ?

Chaque Français consomme en moyenne 143 litres d’eau par jour dont 93% à son domicile. Si on leur proposait un pommeau de douche intelligent qui passe du vert au rouge lorsque la douche dure trop longtemps, alors des économies d’eau seraient réalisées. L’habitat est donc potentiellement un levier important face aux différents enjeux sociétaux tels que le développement durable, l’isolement social, etc.

Pour Eric Singler, le directeur général de BVA chargé de la BVA Nudge Unit, le nudge et l’architecture sont complémentaires. Ils partagent le même but : « engendrer des comportements par le bâti ».

À lire aussi

Eric Singler, « Le nudge rejoint l’ambition fondamentale de l’architecture »

A quoi ressemble le premier immeuble nudge au monde ?

Convaincus par l’impact sociétal de l’architecture, en tant que promoteur immobilier, nous avons créé le premier immeuble nudge au monde : « New G ». Ce village vertical imaginé par les architectes Catherine Dormoy (ACD Architecte) et Vincent Parreira (AAVP), au cœur du XIIIe arrondissement de Paris, accueillera prochainement les habitants de ses 137 logements. Tout y a été pensé pour encourager les comportements bénéfiques et le bien-être des gens.

Favoriser le lien social

Pour éviter l’anonymisation des voisins d’une résidence, de nombreux espaces permettant les échanges et les relations entre les habitants sont prévus : un atelier de bricolage, une bibliothèque partagée, des jeux pour les enfants ou encore une terrasse avec une serre potagère commune. Des coursives extérieures vont également renforcer cette dynamique.

Encourager l’activité physique

Plus larges, moins sombres, plus lumineux. Les escaliers de cette résidence seront plus visibles et accessibles pour donner envie aux résidents de les emprunter.

Permettre des éco-gestes

A côté de la table de nuit, un interrupteur permettra d’éteindre en un geste tous les appareils en veille de l’appartement. Un bilan énergétique comparatif entre les habitants sera mis en place avec un « serious game » pédagogique, afin d’inciter chacun à réduire ses dépenses énergétiques.

La livraison de cet immeuble est prévue pour l’année 2022. Une fois l’emménagement fait, les résidents seront régulièrement questionnés sur leur bien-être au sein de la résidence afin de réajuster les espaces selon les usages et permettre de répondre à de nouvelles demandes.