OGIC

#

Bulle d’Air, lauréat du concours Inventons la Métropole du Grand Paris

A proximité de la future gare du Grand Paris Express de Nanterre-La Boule, la Bulle d’Air est un des lauréats de l’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris.

Au sud-ouest de la ville de Nanterre, entre l’hôtel de ville et les quartiers pavillonnaires, la place de la Boule est le carrefour de 3 axes routiers majeurs (routes départementales D990, D913 et D131), reliant notamment le quartier de La Défense et l’A86. Dans le cadre de la requalification de ce quartier impulsée par la ville de Nanterre, qui sera marqué par la future gare du Grand Paris Express et le prolongement de la ligne de tramway T1, OGIC va réaliser la Bulle d’air, un immeuble totem qui signera la nouvelle entrée vers le centre-ville historique.

Une collaboration multipartite

Avec ses façades végétalisées et sa signature architecturale singulière, la Bulle d’air va apporter un nouveau souffle à la place de la Boule qui va être partiellement piétonnisée. Ce projet innovant composé de bureaux, logements et commerces sur une surface de 21 000 m² est le fruit d’une collaboration étroite et multipartite entre OGIC, La Compagnie de Phalsbourg, les bureaux d’architectes Brenac & Gonzalez et Caractère Spécial, Artélia et Airparif sur les questions de pollution et de qualité de l’air.

Un espace multimodal

Aujourd’hui cantonnée à sa simple fonction de rond-point automobile intensément utilisé et ayant éliminé toute autre fonction depuis des décennies, la place de la Boule va retrouver une nouvelle identité multimodale, redevenir une centralité attractive et redonner de l’espace et de l’usage à tous les Nanterriens et aux habitants de la Métropole piétons, usagers des transports publics ou automobilistes. Le projet va prolonger le parvis de la future gare du Grand Paris Express et creuser une nouvelle rue, ainsi qu’un espace privé ouvert au public, protégé des nuisances du trafic routier.

Un immeuble comme marqueur d’identité

L’actuel bâtiment monolithe de France Habitation, qui comporte près de 300 logements sur 17 niveaux, était par ses dimensions et son architecture en adéquation avec le rôle prépondérant de la voiture et de la vitesse sur le site. La Bulle d’Air repose sur l’idée de morceler ce bâtiment afin de redonner de l’espace aux piétons et de recréer des échelles de bâtis adéquates à l’individu. La place de la Boule affichera ainsi un nouveau marqueur d’identité car une place n’existe que par les usages qu’elle suscite, des usages à l’échelle du piéton, des pratiques à faible vitesse mais surtout à forte valeur ajoutée : sociabilité, jeux, détente, loisirs.

Signifiant ces fonctionnalités retrouvées, une cascade végétalisée en proue du bâtiment viendra rappeler les falaises de calcaire du bassin parisien, où végétation et eau s’entremêlent. Situé au cœur du projet, l’espace privé accessible au public, à ciel ouvert et végétalisé, offrira près de 1 300 m² à ses usagers. Conçu pour disposer d’un air ambiant de qualité, il offrira aussi un environnement phonique apaisé. Les espaces privatifs, bureaux et logements, sont eux aussi le produit d’une conception innovante destinés à minimiser l’exposition aux pollutions.

Une place multifonctionnelle

En rez-de-chaussée, commerces et entreprises vont animer la place de la Boule. Les commerces de destination (salle d’escalade sur plus de 1 200 m², Anti-café et café librairie sur 550 m²) seront complémentaires de ceux présents dans la future gare et du magasin Décathlon historique de la place de la Boule. Les bureaux cibleront les entreprises locales. Un espace de coworking de plus de 5 800 m² sera créé par « Bureaux à Partager » et 1 000 m² à loyer modéré seront destinés aux petites entreprises de Nanterre et du territoire de Paris Ouest la Défense.

L’attention portée aux questions de santé et de pollution trouvera son prolongement dans une intense végétalisation sur le projet, source de bien-être pour tous les usagers. Quatre jardins thématisés seront créés, correspondant chacun à un milieu naturel particulier du Bassin Parisien. Une structure bois viendra couronner l’excellence écologique du projet qui atteindra le niveau E2C2 sur l’ensemble des bâtiments, avec une dimension pilote sur le label « BBCA quartier ».